L’établi de Clément dans l’Echo du Pas-de-Calais

L’établi de Clément fait les gros titres!

ech62-167-bd-32_1
DELETTES.
Après avoir un temps voulu devenir professeur, ses premières amours l’ont rattrapé. Le travail du bois, il a choisi d’en faire son métier et vient de lancer son entreprise de menuiserie : L’Établi de Clément.
« J’ai fait un BEP bois et matériaux associés et un bac pro techniques du bâtiment, étude et
économie, avant de me consacrer à une autre passion : les livres. À l’université, j’ai pu me plonger dans la littérature, commencer des projets musicaux et forger mes convictions. Mais pendant ces années, je n’ai jamais cessé de bricoler, pour moi ou pour les copains. » Sauf qu’au moment de rentrer sur le marché du travail, son amour pour le bois a repris le dessus. « J’avais envie d’avoir un boulot que j’aime et qui me ressemble. Grâce au statut d’auto-entrepreneur, j’ai pu me lancer en octobre 2016 et monter mon entreprise. Ce régime particulier me permet de prendre mon temps pour développer mon activité, mais surtout une très grande liberté. Et c’est ça qui m’a convaincu de tenter l’aventure. »
Une aventure qui sera à l’image du jeune menuisier, mais surtout de ses convictions.
« Avec L’Établi de Clément, je vais pouvoir croiser ma profession et mon regard sur le monde. J’ai fait le choix de la proximité. Mon atelier est situé à Delettes et je me fournis dans deux scieries situées à moins de 10 km. Pour le choix du bois, je ne travaille que des essences locales et cultivées dans la région. En dehors de la colle pour laquelle je n’ai pas d’alternative satisfaisante, je bannis l’usage de produits chimiques ou nocifs et privilégie par exemple l’huile de lin. »
En parallèle de ces choix en faveur de l’écologie, le menuisier entend aussi défendre un autre modèle de consommation. « Je veux produire des objets qui pourront vieillir en même temps que leur propriétaire. Côté tarifs, je veux être au plus juste pour m’assurer une source de revenus, tout en donnant accès à des produits de qualité au plus grand nombre. Le bois, c’est vivant. Ça travaille. Et ça ne se trouve pas comme ça. Il faut des années avant d’avoir un bel arbre pour obtenir un matériau exploitable. Je souhaite que mes clients soient conscients de tout ça ; qu’ils puissent acheter ce dont ils ont besoin ou envie, tout en gardant à l’esprit que le bois est une matière noble et précieuse dont il faut prendre soin, qu’il faut entretenir. Il est parfois difficile à travailler, mais c’est ce qui fait son charme et donne un caractère unique aux objets. »
Aiguilles à tricoter, bougeoirs, planches à découper, petit mobilier ou rangements, Clément a choisi un travail d’artisan plutôt que d’artiste. Pour lui, tout ce qu’il produit doit être pratique, solide et durable et ne sera réalisé qu’en petites séries ou sur-mesure.
Utiliser chaque année 3 % de son chiffre d’affaires pour planter des arbres dans la région, s’associer à des designers locaux, ou travailler avec du bois de récupération : même s’il veut prendre son temps, cet amoureux du bois a déjà plein d’idées qui fourmillent et de projets cachés au fond de son atelier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s