Le saule des tranchées

IMG_4166

Fabrication d’octobre 2016. Les branches constitutives de ces panneaux ont été prélevés à Saint-Omer. Ils ont été tressés afin d’obtenir dix panneaux indépendants.

DSC_0004

Les panneaux ont ensuite été intégrés à la reconstitution de tranchées de la première Guerre Mondiale. Ce travail m’a été demandé par le Pays d’Art et d’Histoire de Saint-Omer dans le cadre de l’opération de lancement de l’application « Saint-Omer 14-18 » .

IMG_4169

L’Etabli de Clément dans l’Echo de la Lys

Vous trouverez ci-dessous un lien vers l’article rédigé par les journalistes de l’Echo de la Lys! A vos lunettes!

http://www.lechodelalys.fr/airois/delettes-a-l-etabli-de-clement-le-bois-est-roi-ia704b0n207014

À 29 ans, Clément Ducrocq a choisi de faire de sa passion pour le bois un métier

Clément Ducrocq semble avoir trouvé sa voie dans le bois. À l’automne dernier, le jeune homme de 29 ans a créé ‘‘L’établi de Clément’’ chez lui, à Delettes. Il a pour ambition de « fabriquer des séries d’objets et de meubles du quotidien, voire un jour des jouets, tous estampillés L’établi de Clément. J’ai déjà un projet avec une designer ». Des pièces originales comme l’est par exemple l’étagère à verres qu’il a récemment réalisée pour des amis qui ont un bar dans l’Arrageois : « C’est un meuble unique de 4 m de large et 1,70 m de haut ». Il ne manque ni de talent ni d’imagination pour donner vie à la matière qu’il préfère.

Coffres, aiguilles à tricoter, bougeoirs, planches à découper, caisses, boîtes ou meubles (tables, bibliothèques etc), Clément a déjà à son actif diverses créations. La ‘‘fontaine à fraises’’, Clément en a eu l’idée après avoir discuté avec son oncle. Dans son atelier, le défi consiste à faire pousser au moins 60 pieds de fraises sur 1 m2. Quatre étages sont nécessaires. « Les plans, je les ai toujours en tête. Je sais où je vais, et j’ajuste au fur et à mesure de la réalisation », précise celui qui ne se contente pas de poncer et de vernir, « j’aime surtout travailler la structure du bois ».

Un parcours atypique

Né dans une famille d’agriculteurs, Clément Ducrocq voulait travailler en lien avec la nature. Il envisage un temps de passer un Bac scientifique, puis un ami qui a choisi la menuiserie lui parle du lycée Chochoy de Lumbres. Clément décide d’y passer un BEP Bois. Ses bons résultats l’encouragent à s’engager dans un Bac STI génie productique bois, à Lomme. « J’ai abandonné car ce n’était pas assez concret pour moi », confie Clément. Il revient à Lumbres pour un Bac pro Techniques du bâtiment, études et économie. Il doit alors choisir entre poursuivre ses études dans le bâtiment ou se lancer dans une nouvelle aventure : « J’ai découvert la littérature au lycée ». C’est décidé, il s’inscrit en Lettres à la fac d’Arras, y décroche plusieurs diplômes et s’investit dans la vie étudiante. Sans pour autant délaisser sa passion pour le bois. En 2012, il veut passer à autre chose et opte pour un service civique au centre social d’Achicourt. « J’envisageais de devenir prof mais je n’étais sûr de rien… » En parallèle à son Master sur l’auteur, compositeur et interprète Allain Leprest, Clément lance son entreprise artisanale. Pour s’approvisionner en bois, L’établi de Clément travaille au maximum avec des acteurs locaux du bois, dont les scieries de Cléty et Dennebrœucq. Chez Clément, les produits chimiques sont bannis, seul le naturel a sa place. Vous le croiserez sur les salons et marchés, où le Delettois vous expliquera volontiers son métier.

L’établi de Clément dans l’Echo du Pas-de-Calais

L’établi de Clément fait les gros titres!

ech62-167-bd-32_1
DELETTES.
Après avoir un temps voulu devenir professeur, ses premières amours l’ont rattrapé. Le travail du bois, il a choisi d’en faire son métier et vient de lancer son entreprise de menuiserie : L’Établi de Clément.
« J’ai fait un BEP bois et matériaux associés et un bac pro techniques du bâtiment, étude et
économie, avant de me consacrer à une autre passion : les livres. À l’université, j’ai pu me plonger dans la littérature, commencer des projets musicaux et forger mes convictions. Mais pendant ces années, je n’ai jamais cessé de bricoler, pour moi ou pour les copains. » Sauf qu’au moment de rentrer sur le marché du travail, son amour pour le bois a repris le dessus. « J’avais envie d’avoir un boulot que j’aime et qui me ressemble. Grâce au statut d’auto-entrepreneur, j’ai pu me lancer en octobre 2016 et monter mon entreprise. Ce régime particulier me permet de prendre mon temps pour développer mon activité, mais surtout une très grande liberté. Et c’est ça qui m’a convaincu de tenter l’aventure. »
Une aventure qui sera à l’image du jeune menuisier, mais surtout de ses convictions.
« Avec L’Établi de Clément, je vais pouvoir croiser ma profession et mon regard sur le monde. J’ai fait le choix de la proximité. Mon atelier est situé à Delettes et je me fournis dans deux scieries situées à moins de 10 km. Pour le choix du bois, je ne travaille que des essences locales et cultivées dans la région. En dehors de la colle pour laquelle je n’ai pas d’alternative satisfaisante, je bannis l’usage de produits chimiques ou nocifs et privilégie par exemple l’huile de lin. »
En parallèle de ces choix en faveur de l’écologie, le menuisier entend aussi défendre un autre modèle de consommation. « Je veux produire des objets qui pourront vieillir en même temps que leur propriétaire. Côté tarifs, je veux être au plus juste pour m’assurer une source de revenus, tout en donnant accès à des produits de qualité au plus grand nombre. Le bois, c’est vivant. Ça travaille. Et ça ne se trouve pas comme ça. Il faut des années avant d’avoir un bel arbre pour obtenir un matériau exploitable. Je souhaite que mes clients soient conscients de tout ça ; qu’ils puissent acheter ce dont ils ont besoin ou envie, tout en gardant à l’esprit que le bois est une matière noble et précieuse dont il faut prendre soin, qu’il faut entretenir. Il est parfois difficile à travailler, mais c’est ce qui fait son charme et donne un caractère unique aux objets. »
Aiguilles à tricoter, bougeoirs, planches à découper, petit mobilier ou rangements, Clément a choisi un travail d’artisan plutôt que d’artiste. Pour lui, tout ce qu’il produit doit être pratique, solide et durable et ne sera réalisé qu’en petites séries ou sur-mesure.
Utiliser chaque année 3 % de son chiffre d’affaires pour planter des arbres dans la région, s’associer à des designers locaux, ou travailler avec du bois de récupération : même s’il veut prendre son temps, cet amoureux du bois a déjà plein d’idées qui fourmillent et de projets cachés au fond de son atelier.

Charpente et compagnie!

Afin de rendre pratique l’atelier, des travaux étaient nécessaires! Il était également important de réaménager l’espace afin d’accueillir les machines à bois! Ainsi, nous avons pris conseil après d’amis et de l’artisan voisin afin de réaliser au mieux les travaux. Avec l’aide plus que précieuse de mon oncle Serge, nous avons procédé étape après étape pour consolider la charpente, puis ouvrir l’espace et terminer avec un brin de maçonnerie!

Le diaporama suivant vous permettra de visualiser la progression du travail!

Merci à Mok pour les conseils et à Sébastien Ducrocq pour les conseils et le prêt des étais. Merci à Virginie pour tes photos que je trouve très jolies. Enfin, MERCI à mon cher oncle Serge pour l’aide précieuse et dynamique que tu m’as apportée!

Maintenant, nous attendons avec impatience l’arrivée des machines!

A suivre…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’homme de la grange

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous pénétrez un jour dans l’atelier pendant les travaux d’aménagement, vous y rencontrerez peut-être mon ami, ici surnommé l’homme de la grange. Vous observerez sur le diapo que cet individu, après avoir donné de sa personne, aime à se reposer. On pourrait dire qu’il se laisse assommer par le sommeil une fois la nuit tombée.

C’est à ma demande que Gauthier a eu la gentillesse de me prêter main forte pour ranger l’atelier. Ensemble nous avons aussi procédé au démontage de certains éléments de la grange.

Un coup de main bien venu qui m’a permis d’avancer de manière efficace dans le travail, et ceci dans la bonne humeur!

Merci!

L’Etabli de Clément

L’atelier est fonctionnel depuis le mois de mars. Nous avons déjà effectué plusieurs travaux et réalisations. Nous ne manquerons pas de vous offrir un aperçu de ces fabrications par le biais de photos

Vous trouverez une description de la démarche et le portrait. D’autres textes et descriptions viendront pour établir un panel des possibilités de l’Etabli de Clément.

Si vous êtes arrivé jusqu’à cette page, c’est probablement que ce que vous avez lu précédemment vous a intéressé. Si vous voulez garder un œil sur L’établi de Clément, je vous invite à entrer votre adresse email dans l’onglet au bas de la page « Suivez ce blog ». De cette manière, vous recevrez un email quand je posterai un article. Vous garderez contact et pourrez suivre l’évolution du projet!

Vous pouvez aussi suivre L’établi de Clément via Facebook, grâce à l’onglet au bas de la page.